DIAGNOSTIC

MALADIES MÉDITERRANÉENNES

macfi dépistage maladie vétérinaire

A l’adoption, les chiens sont tous testés pour les maladies méditerranéennes. L’Espagne étant bordée par la Mer Méditerranée, les animaux en provenance de ce pays courent fréquemment le risque de porter des maladies locales. Nous nous chargeons du dépistage afin de non seulement préserver la santé du chien pour sa nouvelle vie en Suisse, mais également pour éviter de contaminer d’autres chiens.

Si ces mesures sont de notre ressort, il y a plusieurs choses que les adoptants peuvent et doivent faire régulièrement en vue de maintenir leur compagnon à quatre pattes en bonne santé. Cette page vise à donner aux futurs propriétaires une vue d’ensemble des maladies dont il faut se méfier, ainsi que les mesures à prendre en cas d’infection, respectivement en vue de parer à toute infection.

DIAGNOSTIC

LEISHMANIOSE

La leishmaniose est une maladie chronique due à un parasite microscopique transmis par la piqûre d’un cousin du moustique appelé le Phlébotome. Le parasite envahit progressivement les cellules du corps et altère le système immunitaire du sujet malade. Il s’agit d’une maladie d’évolution lente qui, en l’absence de traitement, peut être très grave chez le chien et même parfois mortelle. Les symptômes les plus courants sont un amaigrissement avec une perte de poils et des pellicules (aspect de vieux chien), mais on décrit aussi des saignements de nez, des boiteries, des nodules sur la peau, entre autres.

Le diagnostic de leishmaniose est établi par des tests sérologiques, des analyses sanguines, une biopsie cutanée ou une cytologie de la moelle osseuse. Le traitement permet de faire disparaître les symptômes et contrôler la maladie, mais ne détruit pas tous les parasites présents dans l’organisme. Ce traitement palliatif et peu coûteux se fait par l’administration quotidienne de comprimés d’Allopurinol. Le dosage dépend du poids de l’animal et de la symptomatologie que présente le chien. Plus la maladie est diagnostiquée tôt, plus le traitement est effectif et les individus peuvent vivre heureux de nombreuses années et mourir vieux ! Seuls lors de cas très graves, la leishmaniose a une incidence importante sur la qualité de vie du chien.

ATTENTION

Dû à la longue incubation de la maladie, un individu testé négatif à la leishmaniose avant son adoption, peut déclarer la maladie plus tard (faux négatif). Il ne faut pas paniquer, un chien infecté n’est pas un danger pour son entourage humain et canin : il n’y a pas de contagion directe d’animal à animal ou d’animal à homme. Nous recommandons une prise de sang annuelle les premières années.

DIAGNOSTIC

EHRLICHIOSE

L’ehrlichiose monocytaire canine est une maladie bactérienne transmise par les tiques. Quelques jours après la piqûre de la tique, la maladie entre dans sa phase aiguë et présente les symptômes suivants : le chien a de la fièvre, il paraît abattu, apathique, ses ganglions grossissent, il peut vomir et même souffrir des douleurs articulaires. Mais cette phase peut également être asymptomatique. Ces symptômes disparaissent assez rapidement et la maladie entre alors dans une phase de latence. L’animal paraît guéri et pourtant le germe est toujours présent.

Certains chiens vont vivre avec cette maladie sans jamais rechuter, d’autres peuvent refaire des crises aiguës s’ils sont repiqués par une tique contaminée, mais certains chiens développeront une forme chronique très grave au bout de quelques mois, voire quelques années. Les symptômes de cette forme chronique sont un amaigrissement, une baisse de l’appétit, des saignements (notamment de nez), des douleurs articulaires.

Le diagnostic repose surtout sur l’analyse sanguine de l’animal, qui permet de connaître la forme de cette maladie (aiguë, latente ou chronique). Plus la moelle osseuse est atteinte, plus le pronostic vital est engagé. Il est possible de combattre cette maladie grâce à un traitement antibiotique. Cependant, la prévention reste la meilleure arme : pipette ou collier anti tiques. N’oubliez pas d’inspecter le corps de votre chien régulièrement, surtout après des balades en forêt.

DIAGNOSTIC

FILARIOSE

La filariose est une maladie parasitaire causée par la filaire (nématode) et transmise par les moustiques, très répandue dans les pays chauds, humides et tempérés. La filaire est un parasite mesurant 20 à 30 cm qui se loge dans le cœur et l’artère pulmonaire, et se nourrit de plasma. Cette maladie n’est pas transmissible directement du chien au chien ou du chien à l’homme.

Les symptômes sont une fatigue importante, le chien bave, tousse et respire de manière irrégulière. Le cœur est surmené, ce qui peut entraîner, si l’animal n’est pas soigné, une hypertrophie de la paroi cardiaque, puis à une insuffisance cardiaque, ainsi que des troubles circulatoires avec ascite, hépatomégalie, œdème pulmonaire, insuffisance rénale et la mort.

Le dépistage se fait par analyse de sang. La filariose est une maladie curable grâce à un produit à base d’arsenic qui permet d’éliminer les filaires adultes, et à un traitement pharmaceutique adapté. La maladie est rapidement enrayée et le chien guérit, souvent sans séquelle.

DIAGNOSTIC

CONSÉQUENCES DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Nous vivons les conséquences d’un réchauffement climatique de 1°, et les experts pronostiquent une hausse des températures de 1.5° à 2° dans les prochaines années. Ceci a pour conséquence de modifier les zones de répartition des parasites vecteurs de maladies graves pour les chiens.

Le cycle biologique des puces, par exemple, est fortement lié aux conditions de température et d’hygrométrie. C’est pourquoi le réchauffement climatique, avec ses saisons plus clémentes, favorise leur développement. De plus, chez les insectes ayant modifié leur aire de répartition, les variations climatiques provoquent des changements génétiques, dont une modification de la résistance au froid. Un grand nombre de chiens sont porteurs de puces en Novembre et Décembre, alors que traditionnellement, le nombre de cas en cette période était bien plus faible. La principale cause est un hiver doux, donc des puces non détruites par le froid. Leur cycle biologique peut donc se poursuivre dans son environnement. Les puces se développent aussi très bien dans nos maisons ou appartements chauffés en hiver !

Par ailleurs, une augmentation des populations de tiques est observée, avec une recrudescence de maladies graves qu’elles transmettent aux chiens et à l’homme. Les experts estiment qu’un seul degré d’augmentation de la température moyenne pourrait entraîner une accélération de la reproduction des tiques, et donc une extension en altitude et vers le nord des populations de tiques.
Aujourd’hui, on trouve des tiques partout, même dans les villes ou à des altitudes qui peuvent atteindre 1500 mètres. Et ce tout au long de l’année !

DIAGNOSTIC

MESURES DE PRÉVENTION

Les « maladies méditerranéennes » ne sont plus une exclusivité du pourtour Sud de l’Europe, il faut donc se montrer prudent ! Voici certains gestes de prévention à l’attention des adoptants : 

  • →    Traitez votre chien contre les parasites externes en permanence
  • →    Vermifugez votre chien en permanence
  • →    Nettoyez régulièrement et traitez aussi votre intérieur, votre voiture, les objets favoris de votre chien
  • →    Vaccinez votre chien contre la Maladie de Lyme, la Piroplasmose, la Leishmaniose… selon les conseils de votre vétérinaire.